SAINT LOUIS

Quand le 6 janvier 1889, Louis DEBIERRE signe le contrat de construction d’un orgue à l’église Saint-Louis, il a à cœur d’élever un instrument digne de cette paroisse qui lui est chère. Le résultat devait dépasser les clauses du contrat car DEBIERRE « offre » une Tierce, une Dulciane, le Carillon, un deuxième rang de Voix Céleste et une deuxième boîte expressive. L’orgue possède alors 34 jeux réels. Alors que la mode est au romantisme, Louis DEBIERRE est l’un des premiers facteurs d’orgue, à remettre en valeur les jeux de Mixtures. Jean Huré, dans son livre « L’esthétique de l’Orgue », n’a pas hésité à citer cet orgue comme une réussite exceptionnelle. Eugène Gigout tient les claviers du concert inaugural.
Après 80 ans de bons et loyaux services, et malgré la qualité exceptionnelle des matériaux utilisés par DEBIERRE, la nécessité d’un relevage complet se fait sentir. C’est alors qu’une action est engagée pour obtenir le classement de la partie instrumentale de l’orgue. Cette demande effectuée par le titulaire de l’époque, Maurice Poté et par Norbert Dufourcq en juin 1975, est ratifiée par un arrêté du 01 décembre 1975. En janvier 1980, les ouvriers de la Maison RENAUD, de Nantes, peuvent se mettre au travail. Outre le relevage, l’orgue est complété suivant les indications de Norbert Dufourcq et de Georges Robert par l’adjonction d’un Plein Jeu V au Grand Chœur, et d’une Doublette, un Plein Jeu VII, une Trompette et un Clairon au Grand Orgue. L’harmonie et le diapason de 1891 ont été respectés.
L’orgue de NDBP vient de fêter ses 120 ans. Il a mis en valeur ce chef d’œuvre du patrimoine nantais, très utilisé pour les concerts et les formations pédagogiques. Mais ce fut aussi l’occasion d’attirer l’attention sur son état préoccupant. N’ayant subi que deux relevages depuis 120 ans, il est urgentissime d’envisager une restauration de l’instrument.
Après de nombreuses sollicitations, la Mairie de Nantes, propriétaire de l’instrument, a enfin pris la mesure du sujet, et des premiers travaux d’urgence avant une restauration complète, doivent débuter en 2012.

GRAND ORGUE :  Bourdon 16, Violoncelle 16, Montre 8, Flûte 8, Salicional 8, Bourdon 8, Prestant 4, Doublette 2, Fourniture VII, Plei jeu III-IV, Trompette 8, Clairon 4.

POSITIF : Dolce 8, Flûte Harmonique 8, Octave 4, Nazard 2 2/3, Doublette 2, Tierce 1 3/5, Fourniture V, Basson 16, Trompette 8, Clairon 4, Voix Humaine 8.

RECIT : Quintaton 16, Cor de Nuit 8, Flûte Traversière 8, Gambe 8, Voix Céleste 8, Flûte Octaviance 4, Dulciane 4, Flageolet 2, Carillon I-III, Trompette 8, Clairon 4, Basson-Hautbois 8.

PEDALIER : Soubasse 32, Flûte 32, Soubasse 16, Flûte 16, Grande Quinte 10 2/3, Basse 8, Flûte 8, Flûte 4, Bombarde 16, Trompette 8.

Damien RAHIER & Florence LADMIRAULT, Titulaires